Ressources

Dans cette page se trouvent des ressources additionnelles au livre, classées par Chapitre.

15 réactions à Ressources

  1. Sébastien Hauguel a écrit:

    Bonjour,
    Merci pour ces fichiers Excel. En les regardant, cela conforte ma lecture du chapitre 1, notamment concernant le calcul du ROCE qui est erroné (on prend un résultat d’exploitation de 68 dans le livre, ce qui n’est pas cohérent avec l’exemple).
    Bravo pour ce livre.
    Bien cordialement,
    Sébastien

    • Admin a écrit:

      Bonsoir,
      oui, il semblerait qu’il y ait eu un décalage de colonne du résultat dans le calcul du ROCE, ce qui impacte les calculs suivants. La feuille de tableur corrige cela.
      Cordialement,
      CT

  2. Gilbert JACQUIAU a écrit:

    Bonjour M. Thibiergé
    Je viens de finir votre ouvrage que j’ai trouvé très intéressant. Ayant travaillé de nombreuses années dans des groupes internationaux (US et GB), j’ai retrouvé tous les concepts que j’avais pratiqué dans ma carrière (j’ai 65 ans aujourd’hui !), notamment l’analyse des projets d’investissement et l’analyse financière et la notion de résultat « opérating » sans les intérets qui dépendent du niveau de capitalisation dont ne sont pas responsables ceux qui ont la responsabilité de gérer l’entreprise au jour le jour.
    J’ai été toutefois un peu étonné, dans le chapitre 8 à propos des couvertures à terme (pages 234 et suivantes) où vous vous référez à des « marchés à terme ». J’ai beaucoup pratique beaucoup ces « ventes à terme » lorsque j’étais responsable financier de la filiale française d’un groupe US qui exportait plus de 90% du CA (Secteur de l’équipement pétrolier) dont une partie importante en US$. J’ai le souvenir que ces ventes à terme faites auprès des banques s’analysait en fait comme un emprunt en US$ dont le produit était placé en FRF (à l’époque !) et que le cours à terme résultait en fait de l’application au cours spot du différentiel de taux d’intérêt entre les deux devises. Est-ce une particularité des marchés de devises (les autres « commodities » fonctionnant réellement en tant que « marché à terme ») ou me fourvoyè-je dans ma perception de mes ventes à terme de l’époque?
    Mais encore une fois bravo pour la clarté de l’ouvrage agréablement agrémenté d’un humour savoureux et de références littéraires (et cinématographiques) qui donnent une dimension très humaine à un ouvrage sur un sujet à priori ingrat.
    Sincères salutations
    Gilbert Jacquiau
    ghjacquiau@gmail.com
    0950724534 0615916002

    • Admin a écrit:

      Cher Monsieur,
      merci pour vos compliments et notamment votre appréciation de l’adéquation de cet ouvrage avec votre vécu de financier opérationnel.
      En ce qui concerne les marchés à terme, voici mon sentiment :
      – vous avez parfaitement raison sur la construction de l’outil de vente à terme : tant que ces opérations étaient « sur-mesure », le plus simple était de procéder à un emprunt (disons en euros pour utiliser une monnaie actuelle 😉 ), puis de convertir ces euros directement en US$ et de placer ces US$. On savait alors exactement (en comparant le coût des intérêts en euros et le gain du placement en $) combien la transaction rapporterait au terme fixé. Ce type d’opération « sur-mesure » avait l’avantage de pouvoir être réalisé sur n’importe quel montant et n’importe quel terme.
      – mais avec le développement de la liquidité des marchés, on a vite assisté à une standardisation des produits (futures) qui a, pour une grande partie, remplacé les opérations sur-mesure (notez le « pour une grande partie »). Ces opérations portant sur des Futures permettent de bénéficier de coûts réduits et d’une plus grande liquidité.
      – aujourd’hui, les marchés de devises sont un mélange de plusieurs types de transactions, avec une complexité et une liquidité différentes : il existe toujours des opérations sur mesure (fondées sur des swaps), mais aussi des contrats de Futures, et enfin, des options de change.
      Mon intuition est que votre intuition était la bonne : compte-tenu de l’activité que vous décrivez, il est fort probable que vous utilisiez des opérations sur-mesure de swap de devises.
      Merci encore pour votre critique positive,
      Cordialement,
      CT

  3. Aude Saulnier a écrit:

    Bonjour M Thibiergé
    Je suis avec la plus grande attention votre livre, véritable outil pédagogique!
    Cependant, au chapitre 4, on s’appuie sur l’exemple Zantas-Bozgrul. Au début, vous soumettez que Zantras est plus risquée et plus rentable que Bozgrul. Mais, après lecture de la courbe, vous décrivez l’inverse. N’y a t-il pas une erreur?
    MERCI BEAUCOUP

    • Admin a écrit:

      Bonjour Mme Saulnier,
      vous avez tout à fait raison, il y a eu une inversion malheureuse sur les courbes (et uniquement sur les courbes, les calculs eux sont corrects). Zantas étant la plus risquée, elle devrait étiqueter le point le plus en haut à droite, tandis que le nom de Bozgrul devrait être situé sur le point en bas à gauche. Je prépare un erratum pour regrouper les typos relevées par les lecteurs/lecteuses assidu(e)s. Merci beaucoup de votre retour,
      Cordialement,
      CT

  4. joreto a écrit:

    en lisant les commentaires de ceux qui ont déjà lu le livre , il décrivent un livre facile a comprendre contrairement au vernimmen que je possède et qui est très difficile a comprendre. je suis en cote d’ivoire, et je n’ai pas vu le livre dans les rayons des librairies que je fréquente . j’aimerais que vous pensez a nous également.
    Merci

  5. Bertrand a écrit:

    Bonjour,

    Je découvre vos publication et certaines de vos feuilles excel.
    Beau travail et merci.

    I semble que la feuille excel « Valeur Actuelle » soit la même que celle pour « Vers l’infini et au-delà: rentes … » – Est – ce volontaire ?

    Merci.

    Cordialement.

  6. Hania a écrit:

    Bonjour,

    Je tiens d’abord à vous dire que votre livre est vraiment parfait! Très clair, et très bien expliqué! Je l’utilise en complément de mes cours et il me permet de mieux comprendre certaines notions.

    J’aimerais savoir si vous pourriez mettre le fichier Excel sur la Formule du Black-Scholes qui se trouve dans le chapitre 8 Gestion de trésorerie. Dans le livre c’est indiqué que le fichier est disponible sur le site mais je ne le trouve pas.

    Merci d’avance

    Cdt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *